Le magazine des technologies

46% des ICO de l’année dernière ont d’ores et déjà échoué

0
46% des ICO de l’année dernière ont d’ores et déjà échoué
5 (100%) 1 vote

Derrière la technologie de la Blockchain, de nombreuses crypto monnaies ont été lancées. La plus célèbre d’entre elles est le bitcoin mais derrière ce mot devenu très usuel, il en existe une multitude d’autres. Des startups créent leur propre crypto et vendent des tokens en vue de se financer. Un grand nombre se terminent par des échecs.

Qu’est-ce qu’un ICO

ICO est l’cronyme de « Initial Coin Offering ». Les startup qui doivent lever des fonds ont recours à ce processus pour éviter les IPO (ou initial public offering), le processus rigoureux et réglementé de collecte de capitaux requis par les investisseurs ou les banques.

Un IPO est la toute première vente d’actions émises par une société au public. Tant que les actions d’une société ne sont pas proposées à la vente au public, il n’est pas en mesure d’y investir. Avant un premier appel public à l’épargne, la société était considérée comme une société privée, avec un nombre relativement faible d’actionnaires composés principalement d’investisseurs précoces et d’investisseurs professionnels.

Une entreprise en démarrage qui veut recueillir des fonds peut le faire par une ICO. Souvent, pour convaincre les investisseurs, un livre blanc est proposé au public. Ce dernier explique :

  • quel est le projet
  • quels sont les besoins que le projet comblera une fois terminé
  • combien d’argent est nécessaire pour entreprendre l’entreprise
  • avec quel type d’argent ont peut participer à l’ICO (souvent Bitcoin ou Etherum mais parfois aussi des monnaies classiques)
  • combien de temps la campagne de collecte de fonds durera via la vente de tokens

Si les fonds collectés n’atteignent pas le minimum fixé par l’entreprise, l’opération est annulée et l’argent des tokens achetés fonds est rendus aux souscripteurs et l’ICO est considérée comme un échec. Si les besoins en fonds sont satisfaits dans les délais impartis, les fonds collectés sont utilisés pour le projet défini dans le livre blanc.

Funding de startup ou pure spéculation ?

Des investisseurs ont gagnés des sommes conséquentes en participant à des ICO, cela a amené beaucoup de personnes à espérer le même succès. Un vague spéculative, peut-être assimilable à la bulle des dotcoms, a vu le jour.

Rappelez-vous, un analyste de Goldman Sachs a prédit que la plupart des cryptocurrencies vont voir leur valeur réduite à néant :

Selon Steve Strongin, il est peu probable que l’une des cryptocurrencies actuelles survivra à long terme, même si certaines d’entre elles évoluent et survivent.

La principale raison évoquée est leur manque de valeur intrinsèque !

Échec de 46% des ICO de 2017

Étant donné qu’il est probablement bien plus risqué d’investir dans une ICO qu’une IPO puisque le processus n’est pas règlementé, il est logique qu’un certain nombre d’ICO se transforme en échec.Celui-ci peut se présenter au stade de la collecte de fonds ou lorsqu’il s’agit de réaliser le projet proprement dit.

Bitcoin.com a réalisé une étude approfondie sur les ventes à grande échelle de l’an dernier et a conclu que 46 % d’entre elles sont déjà mortes, malgré plus de 104 millions de dollars amassés.

Les OCI sont encore plus risqués que vous ne le pensez

Tokendata, l’un des trackers ICO les plus complets, a répertorié 902 ICO qui ont eu lieu l’année dernière. Il en ressort que :

  1. 142 ont échoué à l’étape du financement
  2. 276 autres ont échoué depuis
  • soit parce qu’ils ont pris l’argent et se sont évaporés
  • soit parce qu’ils se sont lentement évanouis dans l’obscurité.

Cela signifie que 46% des ICO de l’année dernière ont déjà échoué.

113 autres ICO peuvent être classés comme « semi-échec », soit parce que leur équipe a cessé de communiquer sur les médias sociaux, soit parce que leur communauté est si petite que le projet n’ a aucune chance de succès.

Cela signifie que 59 % des ventes à grande échelle de l’an dernier sont des échecs confirmés ou des échecs en devenir.

 

ICO, opération qui reste risquée

Bon nombre des 531 ICO qui ont échoué ou sont en train d’échouer depuis l’an dernier semblaient être des projets très aléatoires dès le début. Ces projets étaient l’œuvre d’opportunistes qui ont voulu profiter de la vague et de la publicité faite au Bitcoin et aux ICO.

Dans la plupart des cas, les investisseurs ont pu de repérer les signaux d’alertes rapidement et de se tenir à l’écart. Cependant, tout le monde n’ a pas échappé à la catastrophe.

L’ensemble de ces projets douteux ont quand même permis de recueillir 233 millions de dollars au total.

Soyez donc prudent si vous souhaitez participer à des ICO en 2018. Le tri et l’organisation des procédures ne s’est pas encore fait et le contexte reste le même :

  • des rendements des capitaux faibles voire inexistants
  • toujours plus de personnes attirées par l’argent facile
  • aucune règlementation

sont des éléments propices à ce que bon nombres de stratups proposent leur ICO avec un projet réel d’entreprise … ou pas.

You might also like

Leave A Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.